contact@agauchedupont.com +33 6 85 47 38 74 (Véronique), +33 6 62 00 06 61 (Fabien)

CHAMBRES D’HÔTES PONT DU GARD

A moins de 50km

Tour Romaine du Camp de César

A 25 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : Le Camp de César à Laudun l’Ardoise

Le camp de César se situe sur une colline qui domine le couloir rhodanien et le confluent des vallées de la Tave et de la Cèze dans le département du Gard sur la commune de Laudun l’Ardoise. Il s’agit d’une ville antique qui s’étendait sur 18 hectares. Ce village fût occupé de l’Age du fer (V° siècle avant J.C) jusqu’à la fin de l’antiquité. Sur ce site au lieu-dit de Saint-Jean-de-Rouzigues se trouvent de multiples traces d’habitations d’époques différentes. Le mur d’enceinte de 1,50 mètre d’épaisseur renforce l’éperon rocheux pour en faire une muraille défensive. Des vestiges d’une tour circulaire s’élèvent à plus de quinze mètres. Des ruines de fortifications témoignent de la volonté de protéger ce plateau. On peut se promène dans des vestiges de ruelles, d’escalier et des restes de maisons. Visite idéale pour flâner tranquillement dans l’histoire…

A 26 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : NÎMES

La fondation de la ville de Nîmes remonte à l’Antiquité. Nîmes conserve de remarquables monuments datant de la période romaine tels que les Arènes, la Maison Carrée et la tour Magne au pied de laquelle se trouve le magnifique sanctuaire de la Fontaine. Le riche passé antique vaut à Nîmes le surnom de « Rome française ». Nîmes est à la fois romaine et hispanique, camarguaise et cévenole, languedocienne et provençale. Fief protestant depuis le XVIe siècle, Nîmes s’enorgueillit d’une histoire et d’une culture particulièrement riches ce qui en fait une ville à forte identité. L’exceptionnel patrimoine historique et culturel ainsi que la mise en valeur de son architecture romaine au XXe siècle a permis à la ville d’obtenir le label de Ville d’art et d’histoire.
La ville de Nîmes remonte au VIe siècle avant J.-C. Une tribu celte (les Volques Arécomiques) s’installe autour d’une source puis la divinise et lui consacre un sanctuaire. C’est en 120 avant J.-C. que les Volques (à la tête d’un vaste territoire) accueillent sans résister les légions venues de Rome. Nîmes devient alors “colonie de droit latin” (Gallo-Romains) et voit construire de somptueux monuments. Elle est à son apogée au IIe siècle. Après des invasions successives c’est au Ve siècle que l’arrivée des Wisigoths met fin à sa prospérité. Au Moyen-âge (VIIIe siècle) la ville vit repliée sur elle-même. La population va se réfugie dans l’amphithéâtre devenu forteresse. Les anciens remparts romains deviennent carrière où chacun vient se servir. C’est en l’an mil, que Nîmes sortira de sa léthargie. Une nouvelle enceinte est construite et grâce à la vigne, à l’olivier et à l’élevage du mouton, les échanges commerciaux peuvent redémarrer. Au XVIe siècle, les guerres de religion sont extrêmement violentes. Les protestants (nombreux) sont écartés de la vie publique et se tournent vers le commerce. Leur production d’étoffes s’exporte rapidement en Europe et jusqu’aux Indes espagnoles. La ville s’embellit et s’enrichit. Au XIXe siècle, trente années de réussite industrielle dans la soie placent Nîmes à un rang européen malgré une rude concurrence lyonnaise. Alors, on réinvestit les capitaux du textile dans le vignoble. S’en suit une nouvelle ère de prospérité jusqu’à maintenant. Aujourd’hui, Nîmes réhabilite ses quartiers anciens et s’étend vers le sud. En confiant ses projets d’urbanisme aux plus grands architectes internationaux, Nîmes « la romaine » s’est définitivement tournée vers le futur.

2 les arènes de Nîmes
maison carrée Nimes
8 Les jardins de la Fontaine

A 27 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : AVIGNON

Berceau d’un prestigieux festival de théâtre contemporain, ville européenne de la culture en l’an 2000, Avignon est dotée de multiples musées, d’un opéra-théâtre, d’un parc des expositions et d’un centre de congrés à la pointe des nouvelles technologies intégré au cœur même du Palais des Papes.
A 2h40 de Paris, 1 heure de Lyon ou 30 mn de Marseille en TGV, Avignon offre toute l’année de nombreuses possibilités de visites, des animations, des manifestations et ne manque pas de jolies boutiques et de lieux pour découvrir la cuisine provençale, les spécialités locales et les vins des Côtes du Rhône…
Toutes les beautés de la Provence sont à deux pas. Villages perchés du Luberon et des Alpilles, Camargue sauvage, villes Romaines, lavandes à perte de vue sur les plateaux du Vaucluse, reliefs des dentelles de Montmirail et du Mont Ventoux…
Laissez-vous séduire par cette cité provençale animée et pleine de charme !

A 39 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : ORANGE

Située au Sud de la France, au coeur des Côtes du Rhône, Orange bénéficie d’un cadre idéal pour séjourner en Provence.
Orange détient à elle seule 2 témoins importants de l’époque Romaine : l’Arc de triomphe et le Théâtre Antique, monuments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Grâce à son climat ensoleillé, la ville est entourée de crus prestigieux tels Gigondas et Chateauneuf du Pape.
Venez découvrir cette cité vivante et rencontrez dans le même temps un terroir généreux et des produits savoureux…
Théâtre Antique d’Orange
Lieu architectural prestigieux…
Témoin exceptionnel de l’Antiquité, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Théâtre Antique d’Orange est le mieux conservé d’Europe.

Edifié au début de l’ère chrétienne, il doit sa réputation à la conservation remarquable de son mur de scène.
Il présente toutes les composantes du Théâtre latin selon Vitruve : la cavea (gradins en hémicycle), les accès latéraux et le mur de scène flanqué de parascenia. Conçu pour accueillir le public gallo-romain, c’est par ce lieu que passait la diffusion de la culture et de la langue romaine. 9000 spectateurs pouvaient assister à des tragédies, comédies mais aussi à des spectacles de danse, d’acrobatie et de jonglerie.

Des colonnes et de nombreuses statues dans des niches décoraient à l’origine le mur de scène. Incendié au IV° siècle, le théâtre perd sa fonction première. Sa situation au pied de la colline en fait un élément de la défense de la ville. Au fil du temps, il est envahi par les maisons et devient un véritable quartier d’habitation.
…mais aussi lieu de spectacle
Il faut attendre le 19° siècle pour que renaisse le théâtre antique comme lieu de spectacle. Auguste Caristie, architecte en chef des monuments historiques, en assure la restauration.

De nos jours, le Théâtre accueille chaque année des dizaines de milliers de spectateurs dans le cadre de diverses manifestations estivales dont les célèbres Chorégies.
Un toit de verre pour un Theatre de pierre
Depuis juin 2006, le monument Orangeois classé UNESCO est devenu une exclusivité mondiale : il est non seulement l’unique théâtre antique doté d’un toit de scène, mais également le seul théâtre antique au monde ayant su conserver son mur de scène.

 La Grotte de la SALAMANDRE

A 39 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : La GROTTE de la SALAMANDRE

Par une magnifique route passant par Uzès, la Grotte de la Salamandre est une véritable féerie naturelle digne des plus beaux contes imaginaires… Le site est accessible par un ravissant chemin mais pour les personnes à mobilité réduite il est possible d’accéder en voiture directement (dépose minute). Les sportifs peuvent découvrir la grotte en rappel (depuis le plafond situé à 50 mètres du sol…) encadrés par un guide, ou en faisant un baptême  de spéléologie. Pour les mélomanes il y a des dîners concerts organisés. Nous vous recommandons cette visite (durée 1 heure environs) qui vous enchantera à coup sur!

A 40 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont »: Saint-Rémy-de-Provence

Saint Rémy de Provence, petite ville du Parc Naturel Régional des Alpilles, vous invite à découvrir ses richesses : culture, patrimoine et fêtes.
Dans la capitale provençale de l’art de vivre où est né Nostradamus, vous trouverez : la gastronomie, les produits du terroir, l’huile d’olive, les vins et vignobles , les campings de qualité et les locations de vacances, l’artisanat, le marché Provençal, les artistes, les belles boutiques et galeries d’art, les ballades et randonnées nature, les lieux peints par Van Gogh, le site archéologique romain Glanum, les traditions: un Noël en Provence, Transhumance, les festivals et 300 jours de soleil par an …
Pour des vacances en Provence ou un weekend romantique, laissez-vous tenter par Saint Rémy.




A 41 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont »: Arles

Arles est une commune du département des Bouches-du-Rhône, en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il s’agit de la plus grande commune de France métropolitaine avec quelque 75 893 hectares de superficie. La ville est traversée par le Rhône et se trouve entre Nîmes (à 27 km à l’ouest) et Marseille (à 80 km à l’est).
Le nom d’Arles dérive d’Arelate, mot d’origine celtique signifiant « lieu situé près de l’étang », par référence aux terrains marécageux qui entourent la cité. Durant l’âge du fer (VIIIe -IIe siècle avant J.-C.), Arles constitue l’un des principaux « oppidum » (ville fortifiée) de la Celtique méditerranéenne. Vers 50 av. J.-C., Jules César appelle encore la cité Arelate dans ses « Commentaires sur la Guerre civile ».
Cette ville, dont les habitants sont appelés Arlésiens, a en effet plus de 2 500 ans. Des monuments remarquables ont été construits pendant l’Antiquité à l’époque romaine, comme le théâtre antique, les arènes, les Alyscamps ou encore le cirque romain. En 2008, le plus vieux buste connu de Jules César a été découvert dans le Rhône. En raison de son important patrimoine, la cité est classée ville d’art et d’histoire et ses monuments romains et romans sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité depuis 1981.
Ouverte au tourisme qui est la première activité de la ville, elle accueille de nombreuses festivités tout le long de l’année : en décembre « Drôles de Noëls », en avril « la Feria pascale », les Rencontres internationales de la photographie pendant l’été, ainsi qu’en septembre « la Fête du riz ».
La commune a obtenu deux fleurs au concours des villes et villages fleuris.

A 42 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont »: Les Baux de Provence

Station classée, Site Remarquable du Goût, Plus Beaux Villages de France, Les Baux-de-Provence affirment leur image de site de prestige au sein du Parc naturel régional des Alpilles.
Les Baux-de-Provence sont uniques, parce qu’un peu plus magiques et un peu plus illustres dans ce cadre extraordinaire. Cependant, l’essence même qui fait le charme et le parfum si particuliers des villages provençaux est là : les petites places, les terrasses ombragées, les rues étroites et leurs boutiques.

CHATEAUNEUF DU PAPE 2

A 43 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : Châteauneuf-du-Pape

Ce sont les Papes qui, lors de leur installation à Avignon au XIVe siècle, ont révélé le terroir de Châteauneuf-du-Pape. Sous le règne de Jean XXII, le village devient résidence d’été de la papauté. Quant au précieux nectar élaboré en ces lieux, il accède au rang de « Vin du Pape ». Une consécration qui lui ouvre la porte des grandes cours européennes.
Visionnaires à plusieurs titres, les vignerons de Châteauneuf-du-Pape expédient dès la fin du XVIIIe siècle leurs vins en bouteilles en lieu et place du tonneau. Un nouveau pas vers la conquête de la notoriété est franchi.
Conquérants, mais également en avance sur leur temps, les vignerons de Châteauneuf-du-Pape sont à l’origine du système de l’AOC (Appellation d’origine contrôlée), la raison d’être et le succès de la viticulture française. Dès le début du XXe siècle, ils ont été les premiers à s’imposer des règles de production strictes et inédites.
La bouteille armoriée est l’écrin des vins de Châteauneuf-du-Pape. Créée en 1937, elle participe à leur promotion et à leur notoriété. Elle est aussi une marque collective.

A 55 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : La Bambouseraie d’Anduze

La bambouseraie de Prafrance (connue aussi sous le nom Bambouseraie d’Anduze) est un jardin exotique situé à Générargues dans le Gard.
Unique en Europe par ses dimensions, la bambouseraie de Prafrance se situe dans un domaine d’une superficie de 34 hectares (le parc, seule partie ouverte au public, couvre à lui seul 15 hectares) à 11 km au sud-ouest d’Alès et à 2 km au nord d’Anduze. Elle contient des bambous plantés à partir de 1856 par Eugène Mazel.
C’est un parc ouvert au public, qui comprend :
une forêt de bambous géants ;
le « bambousarium » : propose sur une petite surface une sélection de différentes espèces de bambous présents sur le site ;
un jardin d’inspiration japonaise ;
un labyrinthe ;
un village laotien ;
le vallon du Dragon : ce jardin japonais créé en 2000 (année du Dragon), s’étend sur 15 000 m2 et repose sur les principes du Feng Shui ;
des serres construites en 1860 par Eugène Mazel ;
un jardin floral ;
un jardin aquatique.
Les bambous prospèrent dans ce site qui bénéficie d’un climat très favorable à leur culture et forment une véritable jungle. Ce parc a servi de cadre pour le tournage de plusieurs films, dont « Le Salaire de la peur », d’après le roman de Georges Arnaud, et « Paul et Virginie ».
Depuis quelques années, à la manière de nombreux autres jardins contemporains, le site accueille des installations d’artistes, plus ou moins pérennes ou éphémères.

LA BAMBOUSERAIE 3
LA BAMBOUSERAIE 2
LA BAMBOUSERAIE 15
Grottes préhistoriques de l’Aven d’Orgnac1

A 52 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : Grottes préhistoriques de l’Aven d’Orgnac

La grotte d’Orgnac
Un patrimoine souterrain d’une richesse exceptionnelle
La grotte d’Orgnac est l’une des plus belles d’Europe. Elle s’étend sur une superficie totale de 20 hectares et offre des volumes impressionnants avec des plafonds qui atteignent 55 m de hauteur. La découverte par Robert de Joly s’est faite par l’aven, un large orifice naturel. Des plus fines cristallisations aux énormes stalagmites, la grotte déploie une grande diversité de concrétions.
Dans la partie aménagée, le visiteur s’émerveille devant palmiers géants, piles d’assiettes et majestueuses draperies, joyaux géologiques uniques en France. Au plus profond, à -121 m, la Salle Rouge, vestige de la galerie originelle creusée il y a 6 millions d’années par une rivière souterraine, offre une perspective de plus de 100 m et se révèle à travers un spectacle son et lumière envoûtant.

A 63 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : Aigues-Mortes

Au cœur de la Camargue, entre plages et vignobles, arpentez la cité de saint Louis et ses remparts. Découvrez des fortifications médiévales uniques et de splendides points de vue sur la ville, l’étang, les salines, les vignes.

AIGUES MORTES 2

A 69 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : Plage du Grau-du-Roi

Située dans le département du Gard, la station balnéaire du Grau du Roi est un ancien village de pêcheurs camarguais. Deuxième port de pêche et premier port de plaisance de la région, le Grau du Roi est une station touristique originale. Son centre-ville est traversé par un canal qui est en fait le port de pêche. Entouré de commerces, de restaurants et de cafés, on peut observer le va et vient des chalutiers. On trouve également un pont tournant permettant de passer d’une rive à l’autre.
Pour des vacances avec les enfants, on pourra se diriger vers le Seaquarium où l’on peut découvrir de nombreux poissons et invertébrés de la Méditerranée ou des tropiques. Un espace avec des requins (Requinarium) est également disponible avec un tunnel impressionnant.
Du côté des plages du Grau du Roi, on pourra profiter de près de 17 km de côte du département de l’Hérault au département des Bouches du Rhône, c’est-à-dire du sud de La Grande-Motte au salin de la Camargue. La plage de l’Espiguette (classée à Port-Camargue) offre le cadre le plus sauvage et l’on peut même trouver des zones quasiment désertes avec des distances de près de 100 mètres entre deux serviettes.

A 73 km des chambres d’hôtes « à gauche du Pont » : Saintes-Maries-de-la-Mer

Le village des Saintes Maries de la Mer, terre d’accueil, de tradition et de pèlerinage, est construit entre ciel et mer, là où le Rhône embrasse la Méditerranée.

Site de légende, son rivage accueillit, à l’aube de la chrétienté, Marie Jacobé, Marie Salomé et leur servante Sara, chrétiennes persécutées fuyant la Palestine sur une barque sans gouvernail. Le village offre au visiteur l’image de son église altière et protectrice et promet une visite riche d’émotions sous une lumière toujours nouvelle.

A l’ombre de son clocher roman, le visiteur flâne dans les ruelles pavées, sur les traces des pèlerins. Du toit de l’église, le regard à l’affût, nez et cheveux au vent, il se laisse gagner par l’émotion des grands espaces, scènes futures de découvertes et de rencontres chaleureuses avec les hommes et les femmes manadiers qui cheminent à cheval sur les pâturages de taureaux promis à un avenir glorieux.

Du village, ses pas le guident vers les dunes, les plages de sable fin, les vastes étendues de roseaux et les manades. Amoureux de nature et de grands espaces, il goûte aux joies des promenades pédestres et équestres, admire le ballet des oiseaux, cède à l’ivresse de la navigation et de la glisse par grands vents.

Les Saintes Maries de la Mer s’érigent en capitale pour qui s’éprend de la Camargue, envoûté par sa beauté sauvage, sa culture et ses traditions vivantes et authentiques.

LES SAINTES MARIES DE LA MER
LES SAINTES MARIES DE LA MER EGLISE FORTIFIEE